jeudi 21 octobre 2010

7 FILMS POUR UN HALLOWEEN QUEER


Comme chaque année, votre BB chérie vous propose sa sélection de films idéaux pour une semaine d'Halloween
très gay-frightly...



HOUSE OF WAX (L'Homme au masque de cire, André DE TOTH, 1953)



Ni plus ni moins que le film qui suscita ma passion pour le cinéma fantastique et ma fascination pour Vincent PRICE. Comme vous l'avez tous vu, je ne vous dirai pas qu'il raconte comment un émule d'Alfred GREVIN, devenu fou après l'incendie de son musée, en recrée un tout neuf à partir de cadavres dérobés à la morgue du coin, qu'il recouvre de cire (les cadavres, pas la morgue). Remake d'un classique de 1933, House of Wax fut tourné en 3 Dimensions (selon le processus des images anaglyphiques) par un cinéaste borgne qui ne put jamais profiter des effets de relief, puisque, comme chacun sait, les borgnes, ça voit tout en plat. Vincent PRICE y peaufine le personnage d'esthète névropathe qu'il promena à l'écran tout au long de sa carrière dans l'épouvante. Quand il ne parle pas amoureusement à ses statues, il poursuit Phyllis KIRK dans les rues brumeuses d'un New York ressemblant à s'y méprendre à Whitechapel, ou apprend à Frank LOVEJOY comment sculpter une grimace d'agonie sur le visage d'un supplicié. Quand sa future victime lui martèle la tronche à coups de poings, sa face tombe en morceaux, révélant le terrifiant maquillage de grand brûlé réalisé par George BAU (et non son frère Gordon, comme le prétend le générique). Son assistant, répondant au nom férocement inventif d'Igor, est joué par un Charles BUCHINSKI pas encore pseudonymisé en Charles BRONSON.



Vincent PRICE maquillé par George BAU

Comme l'écrivait F.A. LEVY dans un brillant article de « Starfix » n°2 : « Le film pose, avec certes l'ironie macabre de rigueur dans un film d'épouvante, la question même de la création artistique, et annonce, bien en avance, le débat qui ne manque pas de se poser aujourd'hui à propos des films de gore. Jusqu'où l'art doit-il et peut-il imiter la réalité, particulièrement lorsque celle-ci est repoussante ? » La scénario se tape également le luxe d'une réflexion sur le jeu des apparences et les ambiguïtés du réel : les personnages de cire cachent des corps de chair, les êtres de chair passent pour des statues de cire. Pour débuter dans la cinéphilie fantastique, avouez que j'aurais pu tomber plus mal... Notons que le film fit l'objet d'un excellent plagiat treize ans plus tard, dont il est question ci-dessous. En revanche, le très bon House of Wax de Jaume COLLET-SERA n'a pratiquement rien à voir avec le film de De TOTH, hormis un titre original similaire. Là encore, méfions-nous des apparences...

La bande-annonce (où l'on ne voit pas une seule image du film, mais où l'on peut entendre une partition composée tout exprès par Max STEINER) : c'est ici.
Commander sur Amazon.fr

CHAMBER OF HORRORS (La Chambre des horreurs, Hy AVERBACK, 1966)



Le film s'ouvre par cet avertissement solennel :
« Mesdames et messieurs, le film que vous allez voir aujourd'hui contient des scènes si terrifiantes, qu'un avertissement sérieux doit être donné au public. A cet effet, il a été établi un signal visuel et auditif au départ des quatre scènes d'horreur, aussi terribles qu'impressionnantes. Un éclair rouge sera pour vous le signal visuel. Et le bruit d'un klaxon, le signal auditif. Fermez les yeux en voyant l'éclair rouge ! Détournez-vous en entendant le bruit du klaxon ! »
En 1966, ce bon vieux gimmick à la William CASTLE devait faire son effet sur les petits n'enfants et accentuer l'impact de séquences plus elliptiques qu'horrifiques. Aujourd'hui (et depuis pas mal de lustres), il est surtout désopilant, mais n'entame en rien la beauté de cette bande extravagante. A la fin du XIXème siècle, Jason Cravette, un gentleman dépravé, est arrêté pour avoir voulu épouser le cadavre de sa fiancée, étranglée par ses soins. Condamné à perpét, il parvient à s'évader du train qui le mène en prison, en sectionnant sa main droite menottée à la roue de freinage d'un wagon. Peu de temps après, il réapparaît sous une nouvelle identité, bien décidé à se venger de ceux qui l'ont condamné. Son arme : un poignet-prothèse sur lequel il adapte une panoplie de coutelas, hachoirs, crochets, et autres objets tranchants. Son surnom : « Le Boucher de Baltimore » ! (avouez que ça vous en colle plein l'imaginaire, autant que l'éclair rouge et le bruit du klaxon !)



Patrick O'NEAL

Chamber of Horrors fut conçu par la Warner comme le pilote d'une série télévisée inspirée par House of Wax. Au final, c'est le climat général du film d'André DE TOTH qui est conservé, plutôt que son intrigue et ses personnages. Le trio de criminologues amateurs chargé de résoudre l'affaire dirige un musée de cire consacré à l'histoire du crime. Pas question ici de sculpteur fou trempant ses victimes dans des cuves de cire bouillante. En revanche, le sublime Patrick O'NEAL, dans le rôle du vengeur dément, effectue un numéro éminemment pricéen, retrouvant tous les maniérismes, froncements de sourcils et gestes onctueux du Maître. Cette composition aurait logiquement dû faire de lui une nouvelle icône du cinéma d'épouvante, n'eut été le refus des chaînes de télévision de diffuser cette bande jugée trop extrême (nécrophilie et dépeçages n'étaient guère au goût du jour), qui n'eut finalement droit qu'à une distribution bâclée en salles. Dommage : l'œuvre est visuellement splendide, le sujet traité de façon très grinçante, et les trois enquêteurs (incarnés par Cesare DANOVA, Wilfrid HYDE-WHITE et le nain José René RUIZ) ne manquaient ni d'étoffe, ni d'originalité. Un bijou à redécouvrir d'urgence (disponible en Zone 1).

Commander sur Amazon.com

SLEEPAWAY CAMP (Massacre au camp d'été, Robert HILTZIK, 1983)



Ce film abyssalement crétin, sublimé en version française par un doublage québécois au pittoresque accentué, constitue un parfait exemple de plaisir (très) coupable. Son résumé peut aisément tenir en 5 mots : « massacre au camp d'été » (ça tombe bien, c'est son titre). Le script, plus ténu qu'un encéphalogramme d'Arielle DOMBASLE, rassemble donc : un été, un camp de campigne pour jeunes campeurs, et le massacre desdits jeunes campeurs. Tout l'intérêt du film réside dans l'identité du tueur. Un peu aussi dans son mode d'action, bucolique et rural, vu le cadre de l'intrigue (pour les alzheimeriens : un camp de campigne estival pour campeurs). Par exemple, à un moment donné, le tueur tue au moyen d'un essaim de guêpes qu'il laisse tomber dans les chiottes où sa victime coule un bronze en toute insouciance. C'est original, c'est frais, et ça ne manque pas de piquant. A un autre moment donné, il (le tueur) profite de son passage en cuisine pour plonger un importun dans une marmite d'eau bouillante. Le spectateur inverti (qui en vaut deux) ne manquera pas de noter avec émotion le goût du réalisateur pour les jeunes garçons qui s'ébattent sans rien sur le râble (avec quand même le minimum acrylique syndical entre cuisses et bas-ventre), et trouvera peut-être la chose suspecte. Il sera confirmé dans ses intuitions par les images finales (« traumatisantes » m'écrivait récemment Valentine DELUXE), d'autant moins attendues que gratuites : le tueur se révèle être un trans (ou une ?... ou un travesti ?... ou un hermaphrodite ?... on ne sait...) Dans un plan fulgurant d'abruptitude (?), nous voyons celle que tout nous désignait comme une gentille jeune vierge effarouchée brandir l'arme de son dernier forfait, nue comme un ver, le zigouigoui ballottant gaiement dans la brise estivale. Je me sens d'autant moins coupable de vendre la mèche que cette révélation est le seul intérêt du métrage, et mérite d'ailleurs d'être connue avant son visionnement pour mieux en apprécier la farfelure (Ségolène, sort de mon corps !) A voir près d'un feu de camp en faisant griller des marshmallows.

Commander sur Amazon.fr
La bande-annonce :
c'est ici.


A NIGHTMARE ON ELM STREET PART 2 : FREDDY'S REVENGE (La Revanche de Freddy, Jack SHOLDER, 1985)



Freddy, le croquemitaine-en-chef des années 80, sort ses griffes pour la deuxième fois dans ce film de Jack SHOLDER, non plus pour taillader de la pucelle en chaleur, mais pour lacérer la mauvaise conscience d’un jeune pédé placardisé. Las de squatter les cauchemars de donzelles acnéiques, notre Grand Brûlé préféré tente ici de pénétrer la sphère du réel par l’entremise d’un charmant blondinet, Jesse, dont il s’approprie le corps. Possession surnaturelle ou schizophrénie d’un teenager mal dans son slip kangourou et rêvant de boxers Calvin Klein ? La question reste ouverte, de même que les plaies infligées par Freddy à la brochette de twinks passant à portée de ses lames. On ne peut qu’être sidéré par l’homophilie décomplexée de cet hymne aux pectoraux glabres et aux aisselles moites, où les symboles phalliques pleuvent plus dru que les mecs dans la chanson des Weather Girls. Moins effrayant que le premier opus de la saga, le film nous offre néanmoins deux scènes mémorables : le labourage dorsal du prof d’éducation physique, ligoté sous la douche par une corde à sauter ; le jaillissement de Freddy hors du corps de Jesse, sous l’œil éberlué d’un pote inapte à calmer ses ardeurs. Avec sa horde de bogosses torses nus, ses touffeurs de vestiaires et la chaleur musquée de ses chambres d’ados en pleine poussée de testostérone, La Revanche de Freddy anticipe d’une bonne décennie l’horreur en calbute pratiquée par l’éphèbologue David DeCOTEAU.

La bande annonce : c'est ici.
Acheter sur Amazon.fr

CURSE OF THE QUEERWOLF (Mark PIRRO, 1988)



Avec un titre pareil (La Malédiction du pédé-garou), on sait tout de suite où l'on met les escarpins. Amateurs de lycanthropes ou adversaires des stéréotypes gays, passez votre chemin : ce film n'est résolument pas pour vous. Un indice qui ne trompe pas : le loup-garou vedette des films Universal s'appelait Larry Talbot ; il est ici rebaptisé Larry Smalbut (Petitderge) – c'est tout dire... Ce séducteur invétéré lève un soir une donzelle qui s'avère être un travesti atteint d'homothropie. Mordu aux fesses, il devient queerwolf à son tour dès que la lune est pleine. Mark PIRRO connaît indubitablement ses classiques, et se sent d'autant plus à l'aise pour les saccager gayment. Lors de sa transformation en folle-garou, notre hétéro voit ses poignets plier irrésistiblement tandis que ses ongles s'allongent en virant au carmin, que sa bouche se farde de lipstick, et que son fessier se bombe délicieusement sous son jean. Ses nuits sont hantées de cauchemars où il se fait violer par une bande de bouseux échappés de Delivrance. Pour empêcher sa métamorphose, la voyante de service lui remet une amulette à l'effigie de John WAYNE. La horde de villageois en colère est remplacée par un quarteron d'homophobes qui ne se séparent jamais de leurs torches enflammées, même lorsqu'ils vont bouffer au resto ou téléphoner dans une cabine. Au lieu des traditionnelles balles d'argent, ils sont armés d'un gode du même métal dont ils menacent le postérieur du monstre (« Il faut l'enfoncer dans cet endroit obscur où aucun homme n'est jamais censé être allé », explique l'un des vengeurs). Un exorciste appelé en renfort tente de calmer le possédé en lui balançant, en guise d'images pieuses, des photos de Burt REYNOLDS, de Mr T, et de Clark GABLE. Le vénérable Forrest J. ACKERMAN, éditeur de "Famous Monsters of Filmland", et l'épouvantable Conrad BROOKS, cachetonneur vétéran de la série Z d'épouvante, font des apparitions-éclair au milieu du foutoir. A la fin, le héros se retrouve en taule pour avoir tué la voyante gypsie, et tandis que le générique se déroule, nous l'entendons s'initier aux coutumes de ses camarades de cellule. Comme le remarquait un commentateur de l'imdb : nous sommes ici dans du cinéma de « derrière-garde ». Qui délire sec, et sans vaseline.

L'hilarante scène de transformation.
A commander sur Amazon.com (mais cher !)

Ou à télécharger ici (moins cher !)

CLOWNHOUSE (Victor SALVA, 1988)



Premier long-métrage de Victor SALVA (après son court Something in the Basement en 1986, et bien avant sa reconnaissance internationale avec Jeepers Creepers), Clownhouse fut le premier film d'horreur à être projeté au prestigieux festival du cinéma (pseudo) indépendant de Sundance. Pas mal pour un slasher tardif lorgnant férocement sur le Halloween de John CARPENTER, mais substituant un trio de lunatiques en cavale et grimés en clowns au tueur solitaire et masqué de blanc du modèle. Autre substitution : les victimes ne sont pas d'accortes pétasses aux panties accueillants, mais trois frérots chamailleurs en pleine crise d'adolescence. C'est suite au tournage de ce film que le père SALVA fut condamné à trois ans de taule (il purgea 15 mois) pour rapports oraux avec un mineur – le dodu Nathan FORREST WINTERS, alors âgé de douze ans. On pourrait s'abstenir de rappeler le fait à chaque évocation du film, si ce dernier ne trahissait de façon aussi transparente les obsessions de son auteur. Fréquents décrochages de la caméra vers le slip du cadet des frangins (qui apparaît aussi cul nu), fétichisme uro, ados dessapés fuyant la menace d'adultes concupiscents : Clownhouse a tout de la confession angoissée, et parle à son cœur défendant de peurs bien moins conventionnelles et balisées que celles revendiquées par le scénario. La hantise du jeune Casey pour les clowns fait écho à celle du cinéaste pour ses propres démons, et, significativement, c'est en s'identifiant à son enfant-victime que Salva nous (et se) révèle combien pédophilie rime avec nostalgie d'un état d'enfance impossible à étreindre. Moins efficace et maîtrisé que ne le prétend sa réputation, Clownhouse distille néanmoins une savoureuse atmosphère nocturne et automnale (l'action se déroule quinze jours après Halloween, que les gosses tentent de faire perdurer en laissant un faux pendu se balancer à l'arbre du jardin), en particulier lors de son générique, superbe.

Visible en intégralité sur YouTube (mais qualité médiocre...)
Téléchargeable ici (V.F.)

TRICK 'R TREAT (Michael DOUGHERTY, 2007)



Le nec plus ultra du Halloween flick. Sa structure évoque la tradition du film à sketchs, à ceci près que les cinq histoires effroyables qui nous sont racontées (plus une lors d'un flash-back glaçant) s'imbriquent plus ou moins par un habile effet gigogne. Dans une petite ville en proie à la frénésie d'Halloween (c'est peut-être la première fois que l'événement est filmé comme une telle fiesta, un peu à la façon de la Fête des Morts mexicaine), un tueur d'enfants commet son ultime forfait, un vampire profite de la bamboula générale pour agresser ses victimes au grand jour (pardon : « au grand nocturne »), un cercle de louves-garous s'offre une garden party sanglante, un groupe de gamins s'amuse à réveiller les spectres d'un affreux accident, et un vieil alcoolo mal luné reçoit la visite d'un enfant-citrouille trop porté sur les friandises. Scénariste et réalisateur, Michael DOUGHERTY fait montre d'un sens sidérant des « ambiances atmosphériques », sans jamais sacrifier le rythme pour autant (la bande ne dure que 80 minutes, trépidantes de bout en bout). Pour ne rien gâter, il n'hésite pas à se montrer politiquement très incorrect (le meurtre du mioche vaut son pesant d'humour saumâtre) et inventivement roublard (l'élimination du vampire). L'amour du genre et l'ivresse de filmer éclatent au détour de chaque séquence, et deux grands comédiens nous livrent des prestations de haute volée, en prenant manifestement un panard colossal : Dylan BAKER en assassin pédophobe compulsif et BCBG, Brian COX en cousin biberonneur et débraillé d'Ebenezer Scrooge. A la fois insolent et classe : de l'horreur haut de gamme.

La bande annonce : c'est ici.
Commander sur Amazon.fr

8 commentaires:

Valentine Deluxe a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Valentine Deluxe a dit…

bon et bien, allons y!
Qu'est que je mettrai bien cette année???

1)"Night of the eagle" (aka"burn witch burn"
(http://www.imdb.com/title/tt0056279/)
...because c'est la saison des sorcières non?

2)"la malédiction de la veuve noire"
(http://www.imdb.com/title/tt0075900/)
parce que j'adore les cauchemars télévisuels "old school" surtout quand c'est Dan Curtis qui est aux commandes
3)"Amityville 2: le possédé"
...parce cette fois ci, personne ne sort vivant de c'te foutue baraque, surtout pas les insupportables mômes, et que l'image la sacro sainte famille américaine est particulièrement gratinée et glauque (le père est une vraie brute, la mère une coincée du *** toujours au bord de l'hystérie, et les ainés donnent carrément dans les rapports incestueux ...que demander de plus?)

4)"superstition"
(http://www.imdb.com/title/tt0084739/)
...parce qu'on y dézingue aussi des curetons et des petites filles en dentelles (et que c'est encore des histoires de sorcières)

5)"la mauvaise graine"
(http://www.imdb.com/title/tt0048977/)
...parce qu'il vous fait comprendre pourquoi on est bien soulagé de voir dézinguer des petites filles en dentelles dans le film précédent

6)"operazione paura"
(http://www.imdb.com/title/tt0060794/)
...parce qu'il y a encore des drôles de gosses avec des regards zarbi (et pi parce que c'est juste superbe et envoutant)

7)"la maison des damnes"
...parce que j'aurai bien aimé être invitée au petite sauterie décadente de Monsieur Emrick Belasco (aka "le géant Rugissant")

...joyeux Halloween!

Valentine Deluxe a dit…

et comme rien ne vaut la puissance de l'image pour faire partager nos frissons commun:


Burn witch burn:

http://www.youtube.com/watch?v=XYUJvuSwtx4

la malédiction de la veuve noire:

http://www.youtube.com/watch?v=mrPUyzFpssI

Amityville 2:

http://www.youtube.com/watch?v=6uE3hGw2y4I

superstition:

http://www.youtube.com/watch?v=mjgLFtzKxCE

The bad seed :

http://www.youtube.com/watch?v=4NWGyG4W5DI

operazione paura:

http://www.youtube.com/watch?v=LmKnI5Cllz0

la maison des damnés:

http://www.youtube.com/watch?v=_MDF9vZVd_s

...comme ça, ça sera un peu plus parlant que les fiches imdb!

bbjane a dit…

Merci Valentine pour cette réaction spontanée... Tu l'as constaté, j'ai renoncé à "taguer" qui que ce soit cette année : les vraies bonnes âmes agiront d'elles-mêmes, comme tu le fais...
Quelques commentaires sur ta sélection, si tu m'y autorises (oui ?... alors, j'y vais...) :

LA MALÉDICTION DE LA VEUVE NOIRE : Je cherchais ma vieille VHS il y a quelques jours, pour inclure ce téléfilm dans ma sélection. Manque de bol, je ne l'ai plus... Dan CURTIS avait "le chic" des ambiances halloweenesques...

AMITYVILLE 2 : J'ai honte ! Je ne l'ai pas vu... C'est bien le film de Damiani ? Ou celui de Fleischer ?... Si c'est le Damiani, ça semble être un monument "queer", d'après ce que j'en ai lu...

OPERAZIONE PAURA : Mon Bava préféré, après "La Goutte d'Eau" -- qui fait déborder le vase du plaisir...

LA MAISON DES DAMNES : J'ai grand besoin de le revoir. J'y étais allergique, à cause de la référence au WISE... Mais en même temps, c'est une réaction idiote... Et je me souviens de cette superbe chambre rouge...

Pour le reste : comme d'hab', nous sommes d'accord...

Merci !... Et encore plus pour les vidéos, qui apparaissent à l'instant !... "Tu es mon autre"...

Valentine Deluxe a dit…

alors:
"la malédiction..."
je l'ai quelques part en vf, à inclure dans le prochain cp si tu ne l'as plus.

"Amityville2" c'est bien le Damiani, vachement plus fun et glauque que le premier, de la pure exploitation tout ce qu'il y a de bis et déviant. Et la première moitié du film jusqu'au massacre et 100x plus flippant que le 1er, énorme, excessif, bref, j'aime!

...et "la maison des damnes" n'arrive évidemment pas a la cheville du Wise (ni du bouquin de Matheson) mais il y a pas mal de bons trucs, Roddy McDowall qui doit faire fasse à une Gayle Hunnicut transformée en nymphomane imbibée et Paméla Franklin qui donne la gougoute a son chat, ça ne se refuse pas!
...et puis, comparé à l'ignoble remake officielle, c'est "citizen kane"!!!

ps: ..."superstition", je dois dire que j'en parle avec le filtre optimisé de la nostalgie adolescente, je ne l'ai jamais revu depuis!

natural born queer a dit…

excellente sélection comme chaque année, de plus là tu as ciblé sur un ' halloween queer', plein de films que je ne connais pas ( shame on me ) mais que je ne demande qu'à connaître ! Un sang faute, once again !

YRREIHT ZETLUB a dit…

Quel bonheur dont on ne se lasse jamais de voir figurer dans cette liste halloweenesque HOUSE OF WAX et CHAMBER OF HORRORS, les fondations de nos fantastico-folies réciproques...
On apprend encore grâce à vous, DEAR BB, une foultitude de bonnes choses...
Je vous souhaite un HALLOWEEN inoubliable et vous enjoie dès à présent à rejoindre mon site pour une semaine GASLIGHT....

YYYRRREEEIIIHHHTTT

deef a dit…

Tes résumés bien troussés sont sang pour sang jubilatoires^^
(La malédiction du pédé-garou, mwahaha !)
Sinon, dans Trick'r Treat, une comédienne que j'aime beaucoup : Anna Paquin. As-tu vu la série dans laquelle elle joue actuellement, True Blood ? Beaux garçons, trafic de sang, sexe, drogue et meurtres à la chaîne, dont les décors de Louisiane se prêtent parfaitement à une ambiance vampirique et très queerwolfesque ;-)