mercredi 15 octobre 2008

INTERLUDE

L'un de mes films-préférés-de-tous-les-temps est le Pinocchio de Luigi COMENCINI (1972). De même, la musique que Fiorenzo CARPI composa pour l'occasion est l'une de mes bandes originales favorites. Fallait-il qu'un aimable (et génial, à sa façon) plaisantin déformât la partition à ce point , et enfonçât le clou à coups de boutoir, pour souligner le caractère queer de l'œuvre initiale ?... Je vous laisse en juger, en cliquant sur l'image qui suit... Après avoir écouté le résultat, reste plus qu'à se tirer une balle -- ou courir au Redlight...


J'avoue néanmoins que, personnellement, ça m'éclate grave !...
Allez, on redevient sérieux, et on retrouve ce taré de MILLIGAN sur le prochain post...


2 commentaires:

YRREIHT ZETLUB a dit…

Décidément, DEAR BB JANE, vous devez lire dans les pensées, car, tout récemment, je suis parti dans une exploration web de cette adaptation qui a émerveillée mes Noëls de jadis.
Ah, qu'il est agréable de se pencher avec saine nostalgie sur ce qui constitue véritablement un pur chef-d'oeuvre d'ambiance, et qui, loin d'être sirupeux, distille une émotion sans fard servie par des comédiens d'exception dont LIONEL STANDER et MONSIEUR JACQUES HERLIN!!!
Nous venons ainsi grâce à vous d'ouvrir la précieuse malle à souvenirs mise à l'abri dans le grenier de notre mémoire.

YRREIHT ZETLUB

Miss Wendell a dit…

C'est vrai que le petit garçon sur l'affiche ressemble fortement à quelqu'un... C'est dingue, même ! En tout cas, moi j'aurais du mal à revoir ce film, superbe, mais qui m'a complètement bouleversée quand j'étais petite. Du style à vous flanquer le cafard pour plusieurs semaines.