mardi 10 mars 2009

RENCONTREZ JEAN ROLLIN !

Vous l'aurez constaté : il m'est particulièrement difficile en ce moment d'alimenter mes blogs de façon régulière, et, surtout, substantielle.
Je le déplore.
Lourd travail d'écriture, déplacements incessants, journées dramatiquement courtes -- c'est bien connu : plus on vieillit, plus les heures s'amenuisent...
C'est donc un tout petit post que je vous propose une fois de plus aujourd'hui, à visée purement informative.
Certains d'entre vous n'ignorent pas que Jean ROLLIN compte au nombre de mes cinéastes préférés (bien qu'ayant une sainte horreur des listes, si je devais en dresser une des réalisateurs dont j'emporterais les films sur une île déserte, ROLLIN arriverait en bonne place.) Ce n'est d'ailleurs pas sans raison que votre BB lui a consacré tout un livre, il y a quelques années...
Si certains d'entre vous partagent mon intérêt pour le seul authentique représentant d'un cinéma fantastique français qui ne soit pas calqué sur les modèles anglo-saxons, et si ces certains-là résident à Paris ou alentour, ils seront probablement ravis d'apprendre qu'une soirée-hommage lui sera consacrée par la Cinémathèque Française, le Vendredi 13 Mars 2009, à partir de 19 heures.
Au programme : une séance de dédicace à la librairie de la Cinémathèque, où ROLLIN signera sa toute récente "autobiographie cinématographique" : Moteur, Coupez ! (chez Edite) + projection de son dernier film, et chef-d'œuvre, La Nuit des Horloges (2007), à 20 heures + projection de son premier film, Le Viol du Vampire (1967) à 22 heures.



Le lendemain, Samedi 14 Mars, Jean ROLLIN sera présent au Salon du Livre, à partir de 16 h 30, au stand de l'éditeur Edite, et signera son dernier ouvrage.
Je suis actuellement plongée dans la lecture de ce Moteur, Coupez ! qui a considérablement "blanchi" ma nuit d'hier, tant j'avais de peine à le lâcher... J'y reviendrai en détail dans un prochain post, promis ! Mais je puis d'ores et déjà vous assurer qu'en matière de "mémoires de cinéaste", ce volume est exceptionnel : drôle, spontané, bordélique, passionné -- et TRES richement illustré, ce qui ne gâte rien (près de 300 photos rares et de toute beauté.)
Voilà... C'est écrit...


L'un de mes films préférés de Jean ROLLIN :
Requiem pour un vampire
(1971)


Pour finir, la bande-annonce d'un documentaire (actuellement en post-production) consacré à Jean par deux de ses fans.




Et pour vous plonger dans son univers : une seule adresse, ici !...


5 commentaires:

deef a dit…

Il est passé au 13 heures de France 2 je crois...

miss hyde a dit…

kikoo BBjane, je suis revenu lire ici, parce que ton blog overblog semble être " en panne", contente de te voir prolifique même dans l'adversité et les multiples occupations mais si tu as moins de temps pourle net, c'est plutot bon signe. j'accumule de la doc sur leni en ce moment + petite surprise DVD pour toi. en tout cas, contente de voir que tu rencontre avec joie ceux que tu admires ( je te doisd e connaitre JR bien sur, le "vrai" JR ( lol -). pour ma part hier j'ai assisté à un café litteraire avec Charles Juliet qui a rencontré Beckett. on en reparlera. a bientot, miss hyde

bbjane a dit…

@ Deef :
Je n'étais pas du tout au courant de son intervention au 13 heures. Était-ce vraiment lui ? J'en doute... J'étais chez Jean il y a trois jours, et il ne m'en a rien dit...
(Rien à voir : j'ai cru comprendre que tu es sur Facebook ? Si tu veux m'y rejoindre, tu cherches BBJane Hudson...)

@ Miss Hyde :
Je vous adore, mais n'oubliez pas que j'ai une adresse mail pour les messages persos !... A force de mentionner Leni, tout le monde ici va savoir que je suis facho !... ;)
Bises !...

Yrreiht zetlub a dit…

Non non, "La nuit des horloges" n'est pas le titre d'un épisode des "Mystères de l'Ouest",par contre il est absolument génial de constater que rien n'arrête Jean Rollin (l'anecdote des "autochtones" à la poursuite de l'équipe d'un de ses films dans les cimetières est savoureuse à souhait), 40 ans après avoir si bien sû jalonner le sentier un peu trop régulier du fantastique français de pierres qui constituent SON édifice, celui d'un cinéma libre et assumé...
Je porte toujours à ma boutonnière une rose de fer dont les pétales suintants ne sont pas prêts de se flétrir...
Fascination...

deef a dit…

Nan je ne suis pas sur Facebook. Je déteste ce truc à la big brother. Je ne comprends pas que tu aies pu m'y trouver...
Sinon je t'ai taguée. Désolé.