samedi 15 novembre 2008

R.I.P.

Les "grandes dames goules" ont toujours eu la cote auprès des cinéphiles gays, que ce soit en raison du parfum de lesbianisme fréquemment attaché à leurs rôles (Ingrid PITT, Martine BESWICK), ou pour leur aptitude à exprimer les excès, les flamboyances ou les déviances d'une forme paroxystique de la féminité, propre à enchanter les drag-queens et à leur servir de modèle (Bette DAVIS, Joan CRAWFORD). Voilà pourquoi, à "Fears for queers", on aime les divas de l'écran -- à plus forte raison lorsqu'elles s'illustrèrent dans notre "mauvais genre" favori.
C'est une triste nouvelle que m'a communiquée mon ami Jean-Claude MICHEL relativement à l'une d'entre elles, en m'apprenant le décès de l'immense SUZANNA (ou SUZZANNA, selon les génériques), star incontournable du cinéma fantastique indonésien, et figure iconique de la féminité dans tous ses états.


SUZANNA dans La Revanche de Samson (1987)

Critique érudit, inestimable historien du genre que nous aimons, et infatigable défricheur de cinématographies
autres (on lui doit la découverte de nombreux cinéastes et comédiens injustement ignorés en nos contrées), Jean-Claude m'a amicalement autorisée à reproduire ici le texte qu'il a consacré à cette Reine de l'épouvante surréaliste et sanglante, à la suite de son décès.
Je l'en remercie chaleureusement.

DECES DE SUZANNA
par Jean-Claude MICHEL


La belle SUZANNA, la grande-prêtresse du cinéma horrifique et d'aventures indonésien, la Barbara STEELE de Jakarta, nous a quittés le 16 octobre dernier. Celle qui fut la Reine de la Magie Noire, puis la Reine des Serpents, celle des Crocodiles, et aussi la terrifiante Sundel Bolong, est décédée à son domicile des suites d'un diabète, au retour d'un ultime séjour à l'hôpital Harapan de Magelang, Central Java, et deux jours après son soixante-sixième anniversaire. Une mort d'autant plus tragique qu'après une longue absence des écrans, elle venait de faire son come-back dans un nouveau film d'horreur, et avait de nombreux projets pour l'année 2009.



Je sais, c'est triste aussi d'annoncer un décès un mois après, mais si vous comptiez sur la presse française ou la télévision pour en rendre compte, vous pouviez attendre encore un bon moment... Alors que le moindre pet de travers du père HALLYDAY fait la une de France-Soir, vous ne pensez quand même pas qu'on va gâcher du papier à vous annoncer la mort d'une comédienne indonésienne, et puis quoi encore ?...



De son vrai nom Suzanna Martha Frederika van Osch, SUZANNA, née le 14 octobre 1942 à Bogor, West Java, avait connu la gloire dès ses débuts, en 1958, dans le film Asrama Dara, pour lequel elle remporta le Best Child Actress Award. Et elle connut un véritable triomphe dans ce qui fut le tout premier film d'horreur (et non pas simplement fantastique ou mythologique) indonésien, le superbe Accouchement dans la tombe, d'Awaludin et Ali SAHAB, en 1971. Ce fut le début d'une carrière presque totalement consacrée à l'épouvante, ou à l'illustration de légendes locales. Dès 1972, elle fut couronnée du titre "d'actrice la plus populaire" au Festival Asia-Pacific de Séoul.
SUZANNA avait épousé le comédien Cliff SANGRA, de vingt ans son cadet, qui avait été son partenaire dans... Le Mariage de Nyi Blorong, titre prémonitoire... La plupart du temps, ses films furent dirigés par Sisworo Gautama PUTRA, alias Sam GARDNER. Certains de ces titres furent distribués en France, en tout cas en vidéo, comme le mythique La Reine de la magie noire...



En 1991, elle s'éloigna des studios pour plus de dix ans, avant de faire un come-back dans un feuilleton télé fantastique, Selma and the snake ghost (2003). Puis, au début de cette année, ce fut son retour au cinéma, longtemps espéré par ses nombreux fans, avec Hantu Ambulans (The Ambulance ghost). Le plaisir de la revoir n'aura été, hélas, que de courte durée...

LIEN :

Un sympathique hommage photographique sur YouTube.



LISTE DE SES PRINCIPAUX FILMS :

Asrama Dara (Usmar Ismail, 1958)

Beranak Dalam Kubur (Accouchement dans la tombe) (Awaludin & Ali Sahab, 1971)

Pulau Cinta (Love Island) (Ali Shahab, 1978)

Ratu Ilmu Hitam (Queen of Black Magic) (Lilik Sudjio, 1979)

Sundel Bolong (Ghost With Hole) (Sisworo Gautama Putra, 1981)

Nyi Blorong Putri Nyi Loro Kidul (The Snake Queen) (SGP, 1982)

Sangkuriang (Barbarian) (SGP, 1982)

Nyi Ageng Ratu Pemikat (SGP, 1983)

Perkawinan Nyi Blorong (Le mariage de Nyi Blorong) (SGP, 1983)

Telagat Angker / Kegelapan Telagat Maut (SGP, 1984)

Bangunnya Nyi Roro Kidul (SGP, 1985)

Ratu Sakti Calon Arang / Ratu Sakti Keselamatan (SGP, 1985)

Malam Jumat Kliwon (SGP, 1986)

Petualangan Cinta Nyi Blorong (Love Adventures of Nyi Blorong) (SGP, 1986)

Samson dan Delilah (La revanche de Samson) (SGP, 1987)

Malam Satu Suro (SGP, 1988)

Ratu Buaya Putih (White Crocodile Queen) (Tjut Djalil, 1988)

Santet - Ilmu Pelebur Nyawa (SGP, 1988)

Wanita Harimau (SGP, 1989)

Pusaka Penyebar Maut (SGP, 1990)

Titisan Dewi Ular (Descendant of Snake Goddess) (SGP, 1990)

Ajian Ratu Laut Kidul (SGP, 1991)

Bernafas Dalam Lumpur (The Longest Dark) (Turino Djunaidy, 1991)

Perjanjian di Malam Keramat / Surat Perjanjian (SGP, 1991)



6 commentaires:

YRREIHT ZETLUB a dit…

C'est effectivement une bien triste nouvelle...
Suzanna, comme tant d'autres saltimbanques de l'écran magique, ne méritait pas tel silence, et une fois de plus, tout celà nous montre à quel point ce silence inexcusable prend alors des allures de mépris du devoir de mémoire et du respectueux souvenir auxquels ils ont toute légitimité, au regard de toute une vie artistique!!!!
Que l'on soit d'Hollywood ou de Bollywood, du passé comme du présent, combien de noms sont ainsi tombés au champ d'horreur de l'oubli sans fin...
Tout ceci ne fait que renforcer le besoin d'existence de blogs magnifiques comme celui de notre chère BB, qui redonne voix à ceux qui se sont tus...
Un film qui ne se voit plus est un film qui meurt...
Un acteur ou une actrice auxquels on ne pense plus et c'est un fan qui pleure....
Je citerai pour exemple le cas d'un acteur qui m'est immensément cher, Monsieur KENNETH TOBEY, qui à sa mort il y a quelques années n'eut droit qu'à un laconique entrefilet de 10 lignes dans feu "ciné-revue"....
Mais, lueur d'espoir pour l'écran noir, nous sommes tous là et nous ne nous tairons pas...

YRREIHT ZETLUB

dalifan a dit…

bon je ne connaissais pas " suzanna" par contre son décès me fait penser à celui , lointain maintenant, de Divine. C'est pas que je veuille réclamer un article à BBjane, mais... a quand un article sur la grande pretresse des films de John Waters ?

big dimanche, BBjane & a+ !

Damien a dit…

Sacré YRREIHT ZETLUB: nous ressortir le nom de Kenneth Tobey à l'occasion d'un billet consacré à l'une des reines du cinéma fantastique Indonésien, c'est gonflé ;o)

Bon sinon, je suis triste pour la dame, même si je n'ai jamais vu un seul de ses films. Mourir doit être une expérience désagréable. J'espère qu'elle s'en remettra.

YRREIHT ZETLUB a dit…

CHER DAMIEN!!!!
Je comprends fort bien votre étonnement à l'évocation de la mémoire de Kenneth Tobey, qui n'est pas à proprement parler un personnage queer....
Ceci dit, c'est plutôt le cheminement de ma pensée qui m'a ainsi amené à le citer, faisant ainsi référence à l'aspect horriblement récurrent du problème de l'oubli plus ou moins volontaire du monde du cinéma vis à vis de certains ou certaines de ses plus fidèles artisans...
Certes, j'aurai pu nommer de grands laissés pour compte de la mémoire comme le fameux LIBERACE ou le non moins fameux john BRECKINRIDGE de "plan 9 from outer space"!!!!!
ET je crois sincèrement que tous ceux dont on ne veux plus se souvenir ont une place au chaud au sein de la pensée queer!!!
Comme vous le savez fort bien vous qui me connaissez, ma pensée cinéphilique ne connait aucune frontière, et ceci explique assurèment celà!!!
En tout cas, c'est toujours un immense plaisir que de vous lire sur le blog de notre chère BB qui une fois de plus nous a une fois de plus si justement montré qu'il existe encore tant et tant de personnages magnifiques à évoquer....

YRREIHT ZETLUB

bbjane a dit…

A DALIFAN :
Un papier sur DIVINE, oui, ça pourrait se faire... L'ennui, c'est qu'il est beaucoup question d'elle (ou de lui) sur d'autre sites ou blogs, et, en ce qui me concerne, je préfère causer ici de personnalités ou de films moins connus... Mais j'adooore DIVINE, ça va de soi...

A DAMIEN :
Votre blague finale est digne de l'inscription que Spike MILLIGAN, génial comique anglais, fit graver sur sa pierre tombale : "Je vous l'avais bien dit que j'étais malade"!...

A YRREIHT :
Il est vrai que notre rouquin préféré (Kenneth TOBEY) n'était pas à proprement parler "queer" -- bien qu'il autorisât certain jeune homme à jouer avec son zizi (celui du jeune homme, pas celui de Kenneth) dans les pissotières...
Mais je vous approuve totalement lorsque vous signalez que "tous ceux dont on ne veut pas se souvenir ont une place dans la pensée queer". C'est parfaitement exact, et cette perspicacité est d'autant plus méritoire qu'elle émane d'un "straight guy"... Je suis convaincu que bien des copines approuveront votre belle déclaration !...

Amitiés de BB, et merci de votre fidélité, à tous les trois !

Médusa Man a dit…

RIP Suzanna !